Bali Authentique, d’hier à aujourd’hui

Nous ne pouvons faire autrement que de commencer par saluer  les habitants de Bali qui ont eu la force de préserver leur culture hindo-bouddhique unique au monde alors qu’ils sont depuis maintenant cinq siècles isolés au sein d’un immense archipel majoritairement musulman et à moindre échelle chrétien. Bali Authentique doit tout d’abord son existence à ce qu’il n’est pas exagéré de décrire comme un miracle sur le plan de l’Histoire.

Ce Bali vibrant d’une spiritualité intacte, d’une formidable bravoure et d’un goût très prononcé pour les arts s’est dans la genèse de Bali Authentique il y a plus de dix ans incarné en la personne de Nyoman Sujana, un guide Balinais natif du village de Pegesangan à l’est de Gianyar, dont les aspirations pour un tourisme permettant une véritable immersion culturelle ont rejoint celles d’un jeune Français, Laurent Volk, résidant en Indonésie depuis 1995 et passionné par tout ce qui touchait à l’île des dieux, notamment la complexité religieuse et philosophique. Après avoir exercé quatre années en tant que professeur de Civilisation et de Littérature Comparées dans plusieurs universités  javanaises pour le compte du Ministère des Affaires Etrangères,  puis durant une année à l’Ecole Supérieure de Tourisme de Bali en contrat local, Laurent souhaitait quitter l’enseignement pour de nouvelles expériences et la première d’entre-elles fut l’ouverture en février 2001 à Kuta d’un restaurant sans prétention, construit en bambou, baptisé « Captain Haddock » pour signifier une ambition de convivialité et d’échanges sans langue de bois.

C’est au Captain Haddock, qui finira par entrer dans le Guide du Routard en 2005 (soit un an après sa fermeture…), que Laurent prit conscience de la difficulté des voyageurs à satisfaire leurs envies d’un séjour  sortant des rails du tourisme de masse. Des propos très négatifs à l’encontre de Bali et de sa population pouvaient s’entendre parfois dans la bouche de touristes désabusés se lamentant autour d’un verre. Ces « malheureux » n’étaient pas «bouchés », ou « mal disposés », ils étaient simplement « passés à côté » tout en ayant l’impression d’avoir « tout fait » pour réussir leur séjour. Rappelons que dix ans en arrière  il n’y avait guère d’autre choix pour le voyageur que le séjour en  individuel , misant sur la pertinence des guides papiers en encourant le risque de faire du « routard de masse », les séjours en groupe dits « organisés », et les « package » vols et hébergement, si vitaux aux établissements de luxe aseptisés.

Laurent avait déjà l’habitude de  faire le guide  pour ses amis ou des parents de passage à Bali. Bien sûr il leur avait vanté avant qu’ils ne viennent la fascinante culture ancestrale de l’île, ses paysages si divers (volcans, lacs d’altitude, rivières, rizières en terrasse, plages, falaises, villages à l’architecture traditionnelle), et la sagesse envoûtante de ses habitants: il savait qu’un défi était à relever ! Il s’avérait que leur découverte de Bali leur fut d’emblée fatale : ils avaient arpenté l’île du nord au sud d’est en ouest, ils avaient participé à plusieurs cérémonies hindouistes et autres fêtes de village, ils avaient rencontré des guérisseurs, des Brahmanes (prêtres balinais), avaient été reçus au palais d’une vieille famille royale, avaient fait connaissance avec des habitants de tous âges, découvrirent des lieux secrets (chutes d’eau connues que des Balinais, temples parfois perdus dans la jungle…), des routes de campagne qui les amenaient de surprise en surprise, des hôtels et des maisons d’hôtes qu’ils aimèrent pour leur authenticité, des régions reculées qui méritaient souvent l’appellation « nid d’amour » ou « jardin d’Eden ».

Comme la magie balinaise à chaque fois opérait (au point que plusieurs de ces amis sont devenus par la suite des membres actifs de l’Association Bali Authentique) Laurent se prit au jeu d’organiser de petits circuits sur mesure pour les clients de son restaurant à partir de l’été 2001, avec l’aide indispensable de son ami Nyoman Sujana qui allait devenir deux années plus tard l’un des deux piliers de Bali Authentique.

C’est l’attentat terroriste de Kuta du 12 octobre 2002 qui précipita la création de l’Association Bali Authentique en France et de ce site web (il s’agissait de donner une information juste sur les événements tragiques qui avaient eu lieu et de venir en aide aux Balinais qu’une catastrophe économique menaçait en participant à la promotion de leur île en tant que destination touristique unique au monde).

Bali Authentique accueillit ses premiers voyageurs en mars 2003 et fêtera donc en 2013 ses dix années d’activité (déjà !...). Quoique constitué à Bali en entreprise, afin de pouvoir exercer en toute légalité, Bali Authentique s’est toujours interdit de dépenser le moindre euro en matière de publicité, considérant que si une reconnaissance et un succès se dessinaient, cela ne le serait que par le bouche à oreille et le contenu de son site web. Ce-dernier est devenu au fil des années une référence pour appréhender la culture indonésienne et inspirer des séjours dans l’archipel nusantarien,  le très grand nombre de pages purement informatives et  dénuées de but commercial le distinguant des sites web habituels des organismes de voyage.  Bali Authentique est aujourd’hui salué par des guides papier aussi célèbres que le Michelin, le Natural Guide et le Lonely Planet.

Nous coopérons activement avec l’Association franco-indonésienne Pasar Malam basée à Paris, qui promeut la culture indonésienne à travers une excellente revue littéraire et anthropologique Le Banyan, mais aussi de régulières rencontres avec des artistes indonésiens de passage dans la capitale. Pasar Malam, désolée du peu d’intérêt des maisons d’édition françaises pour la littérature indonésienne, entreprend des traductions en français de romans indonésiens depuis 2010, une initiative que nous encourageons par notre mécenat.

En dix ans Bali Authentique a organisé le séjour de plus de 4500 personnes dont vous pouvez consulter pour bon nombre les impressions de voyage dans notre rubrique « témoignages ». Nous avons grandi sans nous séparer de plus de quelques  grains de riz de l’esprit de nos débuts, cela parce qu’il est garant du plaisir que nous avons à travailler : proposer des séjours, véritablement sur mesure, qui permettent une rencontre des peuples de l’archipel indonésien et de leur culture en évitant autant que possible les sentiers battus, et pour ce faire en allant souvent jusqu’à en créer de totalement nouveaux.

 

Haut de page